Malaika Gakuru porte le flambeau d’un Kivu où les tragédies humanitaires liées à la santé seront complètement oubliées.
 

Pour des palliatifs aux manques d’infrastructure de santé

Chef de travaux et chercheuse à l’Université de Goma (UNIGOM) Malaika a mené des études sur les conditions microbiologiques des hôpitaux, sur la prévalence de l’hépatite B, la syphilis et le VIH chez les professionnels de sexe qui lui ont donné un regard unique sur les problème de santé à Goma. Mais plus que tout, c’est le décès tragique de son frère Christian qui la poussée à agir dans le domaine de la santé. En effet celui ci, victime d’une tentative d’assassinat, aurait pu survivre si les banques de sang des hôpitaux de la ville avaient pu remplacer les litres perdus par hémorragie. Après sa mort Malaika créa Blood Aid: Femmes pour la vie, une campagne de mobilisation pour la collecte massive de sang auprès de volontaire mais aussi une structure coordonnée qui a comme objectif principal l’initiation des femmes aux gestes des premier secours.

 

Pour la réhabilitation des victimes des violences sexuelles

Profondément affectée par les différentes violences basées sur le genre dont les femmes congolaises sont tristement les célèbres victimes, Malaika, prend le rôle d’ambassadrice des plusieurs organisations qui soutiennent les victimes des violences sexuelles dans leurs efforts de réinsertion. Ceci lui a permis de plaider pour l’envoi d’une centaine de femmes au Collectif Alpha Ujuvi pour y apprendre à lire, écrire et travailler dans l’artisanat. Elle milite aussi pour l’octroi des crédits rotatifs pour petits commerces auprès des organisations locales afin de rendre les femmes en milieu rurale autonomes ainsi que scolariser des enfants en fin d'études secondaires jusqu’à l’obtention de leurs diplômes de Licence.

Pour la promotion de la diversité communautaire au Kivu

Le Kivu, avec sa diversité considérable de culture et d’expression identitaire, a été pendant longtemps un berceau des conflits meurtriers. Quand elle fut désignée (2008) comme représentante des femmes du territoire de Rutshuru, à la conférence pacifique “Amani Leo, Malaika s’engagea à redorer l’image de sa communauté. Ce qui culmina, en mai 2017, à un mandat au sein de l’Assemblée Générale Intercommunautaire  du Nord Kivu, Baraza la Wazee (Conseil des Sages), s’assurant ainsi que les voix des femmes de Rutshuru seront toujours entendues.

 

Pour lui montrer votre soutien retrouvez-la sur  Facebook et Twitter.